Les études de médecine vont passer de 7 à 6 ans

Derrière ce qui semblerait être une bonne nouvelle se cache en réalité une obstruction à la liberté d’accès aux études. La pénurie a beau avoir été objectivée par le cadastre, le ministre Marcourt s’obstine à défendre l’idée d’un test à l’entrée. Un test non certificatif, certes mais “engageant le jeune qui le rate vers une année de propédeutique, de remise à niveau.” (Cf Le Soir 05/03/10)

Interrogé par le journal Le Soir, Jérôme Lechien, conseiller fédéral à la FEF et étudiant en médecine, expose clairement le problème: « Réduire les études à 6 ans, tout le monde le souhaite. Mais porter atteinte aux cours de la 1e année –maths, physique, etc. – ça va permettre à Marcourt de justifier l’instauration d’un test d’aptitude à l’entrée de médecine, ce que nous refusons. »

Le ministre Marcourt a déjà prévu l’application de son plan dès 2011. Il élimine une injustice (les médecins généralistes recevront en même temps que leurs confrères l’autorisation de pratiquer la médecine) mais il en crée une autre aux conséquences néfastes pour l’étudiant. En effet, si celui-ci échoue au test, lui et ses parents auront à payer une année supplémentaire en propédeutique. Des frais supplémentaires, un rallongement du temps d’études, ce ne sont pas les valeurs défendues par la FEF.

A travers la campagne Sauvez Wendy, la FEF réclame :

-la réduction du coût des études;

-la concrétisation de l’Accord de Gouvernement!

Après les élections de juin 2009, le gouvernement de la Communauté française s’est engagé à réduire les coûts directs et indirects des études dans son Accord de Gouvernement. Etudier coûte cher, M. Marcourt! Quand cesserez-vous enfin d’aller à l’encontre des décisions prises par l’Olivier?

Le 24 mars prochain, à Bruxelles, la FEF invite les étudiants à venir manifester !

Print Friendly, PDF & Email