La FEF analyse la situation et continue d’avancer

La FEF regrette le départ de l’AGL et la démission de Johan Verhoeven du poste de coprésident de la FEF. Plus encore qu’à la Fédération ou qu’au Conseil Etudiant de l’UCL, cette situation est dommageable pour le mouvement étudiant.

Jérome Lechien, président du Conseil Fédéral : « On organise un Conseil Fédéral d’urgence la semaine prochaine. Cela dans le but d’écouter les remarques et le ressenti des représentants étudiants. Ça nous permettra de mettre les choses à plat et d’analyser la situation pour prendre des mesures supplémentaires qui visent à améliorer la voix des CE. La route est encore longue vers l’apaisement. »

Sous l’impulsion des conseillers, depuis plusieurs semaines, la FEF se réforme pour répondre à une logique de transparence et d’unité. Pour cela, des réformes statutaires de la FEF ont déjà été validées, d’autres sont en cours. La note d’orientation du Bureau¹, présentée fin novembre et co-écrite notamment par le co-président démissionnaire, a été adoptée à plus de 80% par le Conseil Fédéral.

C’est un premier quadrimestre qui se clôture, dans le creux de la vague, certes. Mais le nouveau quadrimestre sera l’occasion, pour la FEF, de réinstaurer un climat de confiance et de répondre à de nouveaux défis. Comme le dossier « décret participation » dont les négociations ont officiellement repris après une rencontre, hier, avec le Ministre.

Tout ne va pas bien mais la FEF veut avancer sur la bonne voie et renouer avec la tradition feffienne et l’époque des grandes victoires. La FEF vit, la FEF vivra. Aujourd’hui, la FEF aborde la question du « comment ». Elle espère ainsi renforcer sa position au sein du mouvement étudiant. La Fédération des Étudiants Francophones représente 85 000 étudiants sur les 160 000 que compte notre Communauté.

¹Cette note d’orientation reprend la ligne politique et organisationnelle de la FEF pour le deuxième quadrimestre 2012.

Print Friendly, PDF & Email