L’aide à la réussite, une nécessité

Les vacances de Pâques, c’est l’occasion pour les étudiants d’entamer leur blocus. Cette année, une aide précieuse a été apportée à certains d’entre eux. Une démarche positive que la FEF salue et voudrait se voir généraliser. Ces deux dernières semaines, à la place des œufs ou des lapins en chocolat, certains établissements…

Les vacances de Pâques, c’est l’occasion pour les étudiants d’entamer leur blocus. Cette année, une aide précieuse a été apportée à certains d’entre eux. Une démarche positive que la FEF salue et voudrait se voir généraliser.

Ces deux dernières semaines, à la place des œufs ou des lapins en chocolat, certains établissements ont eu la bonne idée d’offrir à leurs étudiants la possibilité de participer à un blocus organisé. En effet, ces établissements ont décidé d’eux-mêmes de consacrer une partie de leur budget à cette initiative. Le FEF souhaite que ce genre de projet se développe à l’avenir et devienne une décision politique centrale et durable que le Ministre Marcourt se doit de prendre en compte dans son décret.

« Le décret Paysage, actuellement en seconde lecture, est une occasion en or pour le Ministre de l’Enseignement Supérieur de s’engager à consacrer un budget spécifique à l’aide à la réussite. Il est primordial que chaque étudiant qui le souhaite ait accès à ce type d’outils », explique David Méndez Yépez, Président de la FEF.

La FEF se réjouit donc de l’encadrement que certains établissements proposent à leurs étudiants. Car, malgré cette initiative, nombreux étudiants se sont encore trouvés devant « portes closes » durant ce blocus. Une situation qui témoigne, encore une fois, du manque criant d’espaces d’études.

La FEF exige donc un financement spécifique pour l’aide à la réussite, une réponse forte face au taux d’échec important en première année. En effet, il est indispensable de sortir de la précarité actuelle afin de donner à chaque étudiant les moyens pour réussir et recevoir une formation de qualité.

Print Friendly, PDF & Email