Conférences pour « Un Tout Autre Enseignement »: Compte-rendu

Lancée début mars, la campagne de la FEF pour « Un tout autre enseignement » bat son plein! Basé sur cinq piliers : public, gratuit, de qualité, critique et citoyen, accessible à tous, l’enseignement défendu par les étudiants, se construit ensemble, au cours d’activités sur les campus. Ainsi, les conférences organisées par la…

Lancée début mars, la campagne de la FEF pour « Un tout autre enseignement » bat son plein! Basé sur cinq piliers : public, gratuit, de qualité, critique et citoyen, accessible à tous, l’enseignement défendu par les étudiants, se construit ensemble, au cours d’activités sur les campus. Ainsi, les conférences organisées par la FEF prennent fin pour laisser place aux cafés-débats prévus par les conseils étudiants. Compte-rendu.

La tournée des conférences commençait à Bruxelles. Organisée conjointement par la FEF et les conseils étudiants de la régionale (comme toutes celles qui ont suivi), elle avait pour thème « Quel état des lieux pour notre enseignement aujourd’hui? ». Face à un public étudiant, se trouvaient les intervenants: Jean-Pierre Kerckhofs (APED), Renaud Maes (CEREPOI), Pierre Lannoy (Professeur « désexcellent » à l’ULB) et enfin Corinne Martin. C’est donc avec une belle complémentarité qu’ils ont pu brasser largement les problèmes liés aux inégalités dans l’enseignement.

En abordant d’abord les inégalités socio-culturelles, avec l’enseignement secondaire comme point de départ, ils ont poursuivi avec l’augmentation de celles-ci et leur développement vers le socio-économique, une fois dans le supérieur. Ils ont ensuite dénoncé le fonctionnement élitiste et compétitif de manière effrénée des universités. Pour enfin présenter l’enseignement comme une solution qui permettrait de sortir de cette tendance à l’excellence qui semble inéluctable pour arriver à un enseignement démocratique et émancipateur.

La présentation s’est poursuivie avec un moment de questions-réponses, avant de se cloturer par un verre convivial hors auditoire pour discuter ensemble de ce qui a été dit et pousser la réflexion plus loin, en toute décontraction. Lancement des conférences réussi!

Vient ensuite, Tournai et sa conférence sur le statut de l’artiste avec comme intervenant Geoffrey Bravin (SMART). Un thème choisi par les conseils étudiants des Écoles Supérieures d’Arts affiliés à la FEF, suite à l’inquiétude des étudiants quant à leur avenir. En effet, que ce soit les coupes budgétaires importantes dans le secteur culturel, la réforme du statut d’artiste ou les soubresauts de colère du monde artistique rencontrés avant les élections, le monde culturel bouge laissant les étudiants face à de nombreuses inconnues.

Les étudiants présents ont ainsi pu comprendre ce qu’est le statut d’artiste, ses conditions et les droits qu’il ouvre au niveau du chômage. Mais aussi les raisons de la colère des artistes à l’annonce de la dernière réforme. Face à un thème aussi technique et complexe, les questions ont fusé avec comme réponses des exemples concrets afin de faire le tour du sujet et donner aux étudiants une vision claire. Pour terminer par un petit verre, offert par le CE de l’Académie des Beaux-Arts de Tournai!

À Namur, de nombreux étudiants étaient présents, issus tant d’université que de hautes écoles! Une belle mixité donc pour écouter des représentants des jeunesses politiques (FEL, EcoloJ, EDH, Jeunes Socialistes) débattre des problèmes présents dans l’enseignement supérieur et des pistes envisageables.

Un débat animé, détendu, voire piquant à certains moments! Les intervenants s’opposant sur certains sujets comme le logement étudiant ou la sélection mais avec un consensus sur la nécessité de l’aide à la réussite et l’orientation. Avec trop peu de temps pour répondre aux questions des étudiants, le débat s’est vivement poursuivi lors du drink de clôture.

Enfin, la boucle des conférences s’est bouclée avec Louvain-la-Neuve. Le thème « 10 propositions pour l’enseignement supérieur » était abordé par la mise en scène. Avec une approche différente du débat, par l’action théâtrale, une énergie créative s’est installée parmi les participants permettant à chacun de s’exprimer librement sur sa vision de l’enseignement. L’occasion d’aborder différents thèmes comme la pédagogie, la démocratisation et la liberté du choix d’études, le financement, le rapport entre professeurs et étudiants et la sélection.

Une belle façon de lancer la campagne pour « Un tout autre enseignement »! En effet, celle-ci se veut ouverte et participative, autant que possible, et le bon déroulement de ces conférences a créé un élan de motivation parmi les étudiants. Place maintenant aux cafés-débats, soyez au rendez-vous!

Print Friendly, PDF & Email