Unités d’enseignement: les étudiants lésés se feront entendre ce mardi!

Trois semaines après la rentrée, les étudiants piégés par les zones d’ombre du décret Marcourt n’aperçoivent toujours pas d’issue à leurs problèmes. Ce mardi, ils se mobilisent sur le campus d’Alma et assistent à la Commission de l’Enseignement supérieur du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La FEF est à leurs côtés et appelle les établissements et le Ministre à prendre leurs responsabilités.

Pour rappel, suite à la mise en œuvre de la réforme de l’enseignement supérieur voulue par Jean-Claude Marcourt, de nombreux étudiants sont mis en échec pour des cours où ils ont pourtant obtenu une note suffisante. La raison? Le regroupement des cours en unités d’enseignement dans certains établissements, qui considèrent qu’un échec dans un cours entraine l’échec de l’ensemble de l’unité dont ce cours fait partie. La conséquence? Des centaines d’étudiants doivent se réinscrire en chargeant leur programme de matières déjà suivies avec succès, au détriment de leur progression dans le cursus. Une situation incompréhensible au regard des intentions du Ministre en matière de réussite et d’assouplissement des parcours!

Le problème est particulièrement aigu au sein de la Haute Ecole Léonard de Vinci, où des centaines d’étudiants se sont réunis lors de deux assemblées générales pour dénoncer ces nouvelles conditions. Malgré cette forte mobilisation, aucune solution ne semble se dessiner. L’établissement dispose pourtant de la possibilité d’accorder des dispenses pour les activités réussies. C’est ce qui avait permis de régler le problème pour les secondes sessions dans d’autres hautes écoles, à l’initiative de la FEF et de ses membres. Pourquoi refuser d’agir dans le sens de la réussite des étudiants?

Ceci prouve une nouvelle fois que le décret Marcourt doit être précisé pour garantir le droit aux dispenses et à la valorisation de chaque cours réussi. La liberté académique ne saurait justifier des échecs injustes et couteux pour les étudiants.

Ce mardi 6 octobre, soutenus par la FEF, les étudiants de la Haute Ecole Vinci donneront de la voix sur le campus d’Alma (Bruxelles) pour défendre leur droit à une évaluation juste et cohérente et la reconnaissance de leurs examens réussis. Le point d’orgue du rassemblement est à 12h30-13h à Alma (Place Martin V).

Une délégation sera également présente dans les tribunes du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, pour écouter les réponses du Ministre à la Commission de l’Enseignement supérieur sur ce sujet, dès 9 heures.

« La situation a assez duré », déclare Brieuc Wathelet, président de la FEF. « La FEF n’admettra pas que les étudiants victimes des mauvaises interprétations du décret soient abandonnés à leur sort. Leurs réussites doivent être valorisées dans leur parcours. Les établissements et le Ministre ne peuvent pas rester plus longtemps sans réagir ».

Print Friendly, PDF & Email