Unités d’enseignement: Une demi-réponse, le Ministre Marcourt peut mieux faire…

Ce matin, une délégation étudiante de la Fédération des Étudiants Francophones assistait à la Commission de l’Enseignement Supérieur au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Au programme? Le vote du nouveau décret concernant les unités d’enseignement. Si la FEF se réjouit d’un premier pas en avant, il reste encore certains points à améliorer…

C’était le gros dossier de la rentrée. Suite à la mise en œuvre du décret Paysage et le regroupement des cours en unités d’enseignement, des centaines d’étudiants apprennent en juin qu’ils ont une seconde session impossible, se voyant obligés de repasser parfois trois fois plus d’examens que ceux qu’ils ont ratés. Nom de code: Examens pour rien! Une situation résolue aujourd’hui grâce au travail et à la mobilisation de la FEF et des conseils étudiants affiliés qui, à l’époque, demandaient déjà une clarification du décret Paysage.

Ce matin, la Commission de l’Enseignement Supérieur s’est réunie au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles afin d’examiner le nouveau décret destiné à clarifier l’évaluation de ces désormais célèbres unités d’enseignement. Un rendez-vous important!

Car, si elle était la seule organisation étudiante à demander la modification du décret au CA de l’ARES en septembre, la FEF tient aujourd’hui à se réjouir de l’obtention du report de cote des examens réussis d’une session à une autre. Un premier pas qui va, comme le souhaitait la FEF, dans le sens de la valorisation de la réussite.

Mais la FEF ne s’arrêtera pas là. En effet, les étudiants souhaitent également faire valoir leurs examens réussis lors de leur précédente inscription. Avec, par ailleurs, une clarification pour les étudiants qui ont entamé leurs études avant l’entrée en vigueur du décret Paysage.

« Même si le décret voté aujourd’hui clarifie la situation des secondes sessions, les établissements peuvent toujours imposer aux étudiants de se réinscrire à des cours déjà réussis », conclut Brieuc Wathelet, président de la FEF. « Autrement dit, la problématique des « examens pour rien » n’est pas terminée puisque des étudiants devront encore repasser lors de cette session de janvier des examens réussis en juin dernier ».

Une demi-réponse apportée par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles malgré les nombreux avertissements de la FEF.

Print Friendly, PDF & Email