Étudiants, cheminots et usagers pour une mobilité durable et accessible à tous

Alors que la mobilité est une source de problèmes quotidiens pour un grand nombre de citoyens, le gouvernement fédéral impose au rail des économies drastiques. Une perspective alarmante pour la qualité du service, les conditions de travail du personnel et le portefeuille des usagers! Les tarifs préférentiels pour les étudiants sont menacés. La FEF, les organisations syndicales CSC-Transcom et CGSP cheminots, ainsi que l’association d’usagers Navetteurs.be dénoncent le manque d’investissements dans les transports publics de la part des gouvernements successifs alors que la congestion automobile ne cesse de s’accentuer. 

Rien ne sert de se voiler la face, les 3,1 milliards d’euros d’économies (2,1 milliards du gouvernement Michel + 1 milliard du gouvernement Di Rupo) auront des répercussions tant sur l’emploi que sur la qualité du service offert aux voyageurs! Des économies qui affecteront également les tarifs et l’offre de trains aux voyageurs.

Pourtant, les besoins dans ce domaine sont énormes! Quelques chiffres suffisent à s’en convaincre: 500.000 Belges travaillent en dehors de leur région et environ 1 étudiant de première génération sur 3 suit un cursus en dehors de l’arrondissement où il réside. Pour ces déplacements comme pour les autres, les citoyens doivent pouvoir compter sur un service public de transports fiables et abordables. Or, les reculs qui se succèdent depuis plusieurs années ne font qu’accentuer les difficultés de mobilité.

Les tarifs préférentiels destinés à certaines catégories d’usagers sont aussi dans le viseur du gouvernement et de la SNCB. Une très mauvaise nouvelle pour les usagers au budget limité, dont les étudiants qui consacrent déjà 250 euros par an environ pour leurs déplacements, d’après la dernière enquête de la FEF. L’accès aux études dépend aussi de la possibilité de se rendre facilement et à moindre coût vers les sites d’enseignement. Toute augmentation du coût des titres utilisés par les étudiants (Go Pass, carte Campus…) serait inacceptable! Par ailleurs, tous les étudiants doivent bénéficier de ces formules: les limites d’âge actuellement en vigueur doivent être supprimées.

Les organisations syndicales, étudiantes et représentant les usagers appellent le pouvoir politique à revoir ses priorités en matière de mobilité en y consacrant les moyens humains et financiers nécessaires. L’objectif? La mise en place d’une offre de transports de qualité à prix abordable. Les tarifs préférentiels doivent être maintenus et renforcés, notamment par la création d’un « pass » étudiant permettant de voyager dans l’ensemble des transports en commun à prix réduit.

Pour marquer leur volonté de changement, les étudiants se rassembleront aux côtés des syndicats et des navetteurs ce jeudi 24 mars à 13h à Bruxelles (gare du Midi).

Print Friendly, PDF & Email