Médecine : la FEF dénonce les déclarations des ministres et continue de s’opposer à un examen d’entrée

Mercredi matin, le ministre de l’Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt et la ministre de la Santé Maggie De Block ont annoncé à la presse qu’ils étaient prêts à proposer l’organisation d’un examen d’entrée aux études de médecine. Leur proposition est soutenue par la majorité des autres partis politiques. Une seule et unique volonté : enterrer le dossier problématique des numéros Inami ?

 

La Fédération des Etudiants Francophones s’indigne face à la déclaration des ministres ! Cela fait vingt ans que le problème traîne, et cela fait vingt ans que la FEF porte le débat sur le véritable fond de cette crise : les quotas en médecine. Il est hypocrite de vouloir procéder à une sélection des étudiants et futurs médecins alors que la pénurie est réelle et avérée !

 

De manière toujours aussi formelle, la FEF s’oppose à l’instauration d’un examen d’entrée en médecine, et exige que le débat soit recentré sur l’essentiel du problème. En accord avec l’Unécof et le Cium, la FEF demande :

  • Que les quotas soient revus par des audits externes, et non par la commission de planification ;
  • Qu’aucun lissage négatif ne soit imposé, c’est-à-dire qu’aucun numéro Inami attribué ne soit rendu ;
  • Un numéro Inami pour tous.

 

Dans ce climat de crise, la Fédération des Etudiants Francophones en appelle à l’entièreté de la société civile francophone et néerlandophone, afin de rejoindre notre constat et de passer à l’action ! Il est intolérable  de laisser le système belge des soins de santé se dégrader de la sorte, et de fermer la porte à de futurs médecins ô combien nécessaires.

 

Print Friendly, PDF & Email