Aides sociales: quels sont tes droits

Télécharge le flyer de la campagne au format PDF ici

Attention, jeunesse en danger

 

AUGMENTATION DES COÛTS DES ÉTUDES

Bien que les récentes études chiffrent déjà le coût des études entre 8.000 et 10.000 euros/an, celui-ci ne fait qu’augmenter, réduisant chaque jour un peu plus l’accessibilité à notre enseignement.

En effet, les coûts périphériques, tels que le logement et les transports, atteignent des prix de moins en moins abordables. Une difficulté de réguler le prix des logements privés cumulée à un manque crucial d’investissements publics pour la création de nouveaux kots abordables pour tou.te.s contribue à l’augmentation des loyers, ainsi qu’à la pénurie de kots accessibles et de qualité.

De plus, le minerval subit des attaques de plus en plus fortes des politiques qui laissent suggérer qu’il faudrait, à terme, l’augmenter. Le minerval des étudiant.e.s hors UE a déjà été augmenté à 4.175 euros et certains cursus coûtant 50.000 euros/an viennent d’être créés.

 

DÉTRESSE FINANCIÈRE DES ÉTUDIANT.E.S

Le nombre d’étudiant.e.s qui dépendent du CPAS, dernier filet de sécurité sociale, a été multiplié par 7 en seulement 15 ans, passant ainsi de 3.654 à 27.133 bénéficiaires. De plus, le gouvernement entend bien renforcer les contraintes liées au Projet Individualisé d’Intégration Sociale (PIIS). Ces mécanismes obligent bien souvent l’étudiant.e à travailler pour recevoir les aides du CPAS, réduisant forcément son temps d’étude et ses chances de réussite. Ensuite, les demandes pour les allocations d’études et pour les aides sociales des établissements sont, d’année en année, plus nombreuses mais le nombre d’octrois ainsi que les montants ne suivent plus. En 2013-2014, 52.065 étudiant.e.s estimaient avoir besoin d’une bourse d’études mais seul.e.s 36.342 se la verront octroyée. Le job étudiant ayant pour but de payer les études est lui aussi en forte augmentation et témoigne d’une réelle difficulté financière. L’étudiant.e est soumis.e à des pressions supplémentaires à ses études et est parfois obligé.e d’accepter des boulots précaires pour arriver à boucler sa fin de mois. On constate également le développement de la prostitution étudiante sur les campus.

 

Besoin d’une aide sociale ?

Allocations d’études

C’est une aide financière accordée par la Fédération Wallonie-Bruxelles sous certaines conditions que tu retrouveras sur leur site : http://www.allocations-etudes.cfwb.be

Services sociaux des établissements

Le service social de ton établissement dispose de moyens pour t’aider au niveau financier notamment. Contacte-le rapidement afin de savoir si tu as droit à une réduction du minerval ou à une autre aide.

Les CPAS

Tu dois gérer de nombreux aspects financiers seul.e comme le loyer, les courses, l’électricité, tes frais scolaires, etc. N’hésite pas à prendre contact avec le CPAS de la commune dans laquelle tu es domicilié.e afin de savoir si tu as accès à leur aide.

Allocations familiales

Elles sont perçues par tes parents jusqu’à tes 25 ans pour assurer les coûts liés à ta scolarité durant tes années études. Dans certains cas, tu peux demander que celles-ci te soient versées directement.

 

Revendications de la FEF

Allocations d’études

L’automatisation du droit à l’allocation d’études et la simplification des démarches administratives ;
L’augmentation de l’allocation moyenne par étudiant.e afin qu’elle puisse couvrir tous les coûts liés aux études ;
L’intégration du revenu du capital dans le calcul des bourses ;
L’augmentation de tous les plafonds de revenus pour permettre une plus grande accessibilité au système de bourse.

Services sociaux des établissements

L’augmentation des budgets sociaux des établissements ;
Garantir une proportion minimum du budget social qui doit être affecté à l’aide sociale ;
Fournir, dès la rentrée, une information complète et précise sur les possibilités d’aides sociales proposées par les services sociaux.

CPAS

Un refinancement adéquat des CPAS vu l’explosion des demandes d’aides étudiantes ;
La suppression des pratiques de contractualisation de l’aide individuelle (PIIS) ;
La suppression de la limite d’âge à 25 ans pour percevoir les allocations d’insertion.

Allocations familiales

La possibilité pour l’étudiant.e de recevoir directement ses allocations familiales et ce, à partir du moment où il/elle est inscrit.e dans l’enseignement supérieur ;
L’abolition de la limite d’âge à 25 ans, remplacée par l’octroi des allocations familiales tant que l’étudiant.e est régulièrement inscrit.e dans l’enseignement supérieur.

Print Friendly, PDF & Email