Les étudiants ont dépassé les 47 millions de pas contre la précarité et pour le refinancement

Aujourd’hui, le 17 Novembre 2020, journée internationale des étudiants, la marche virtuelle de la FEF contre la précarité et pour le refinancement public de l’enseignement supérieur s’achèvera devant le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une action symbolique aura lieu à 13h où il sera annoncé le nombre de participants et de kilomètres réalisés. Les participants seront représentés par des chaussures disposées sur place pour
l’occasion.

La FEF dénonce, depuis plusieurs années, une précarité étudiante grandissante. La crise sanitaire n’a fait qu’exacerber cette réalité et les inégalités présentes dans l’enseignement supérieur. Selon une enquête
effectuée par la FEF auprès de 7.700 étudiants, 32% des étudiants éprouvent des difficultés supplémentaires à payer leurs études. En effet, pour 22% d’entre eux, cela a eu un impact sur leur capacité à payer leurs frais
scolaires et 39% ont du mal à payer leurs frais alimentaires ou soins de santé. Une année d’étude coûte entre 8 000€ et 12 000€, obligeant un étudiant sur quatre à travailler pour payer ses études. Alors qu’une majorité d’étudiants bénéficie de la solidarité familiale pour payer ses études, la précarisation de la société, due à la crise sanitaire, aura un impact sur l’accessibilité à l’enseignement supérieur.

De plus, aujourd’hui, l’enseignement supérieur étouffe sous un régime d’enveloppe fermée qui diminue de 20 % le financement par tête d’étudiant. Les 50 millions de refinancement annoncés ne seront pas suffisants pour
permettre un enseignement de qualité et accessible à tous.

Lancée le 2 novembre dernier, la marche virtuelle contre la précarité et pour le refinancement de l’enseignement a permis à chaque étudiant de marcher de concert avec les autres étudiants. Ce sont plus de 1500 étudiants qui ont participé comptabilisant ensemble plus de 47 millions de pas. A 13h, la Fédération a déposé des centaines de chaussures devant le gouvernement afin de représenter les étudiants mobilisés pour cette action.


La FEF demande à la Ministre de l’enseignement supérieur d’élaborer un plan de lutte contre la précarité afin de rendre l’enseignement accessible à tous et toutes indépendamment du milieu socio-économique dont on est issu. Il est plus que temps d’agir et de trouver des réponses structurelles.

Print Friendly, PDF & Email