Session de janvier : la FEF s’oppose aux mesures prévues par la ministre

Cette après-midi s’est tenue une réunion entre l es acteurs de l’enseignement supérieur afin de discuter de la session d’examen à venir. Il en ressort que les étudiants pourraient recevoir leurs modalités d’examens jusqu’au 11 décembre et que des examens pourraient avoir lieu durant le deuxième quadrimestre. Afin de permettre aux étudiants une session sereine, nous nous opposons à ces changements, qui risquent d’aggraver encore le taux de décrochage.


Les examens de janvier approchent à grand pas et les étudiants sont de plus en plus inquiets quant à leur forme précise. Suite à une réunion entre les acteurs de l’enseignement supérieur et la ministre, les établissements devraient remettre les modalités d’examens le plus tôt possible et avec pour date maximum le 11 décembre. La Fédération déplore le manque de clarté que cela pourrait engendrer mais également que des étudiants pourraient recevoir leurs modalités d’examens trop tardivement. En effet, cette échéance trop tardive ne permet pas aux étudiants de se préparer sereinement à des examens qui comprendront de nombreuses zones grises, qu’ils soient organisés en présentiel ou en virtuel. Rappelons que d’après notre enquête, 60% des étudiants se sentent déjà « complètement ou partiellement en décrochage scolaire ». Recevoir ces modalités si tard ne fera qu’aggraver la situation.


De plus, la ministre prévoit que des examens pourraient être reportés au deuxième quadrimestre. Or, c’est une période très dense, avec de nombreux stages et travaux pratiques, la rédaction de travaux de fin d’étude et de mémoires, ainsi que le travail habituel que les étudiants doivent fournir pour les cours. Il n’est donc pas concevable d’y rajouter encore le stress d’un blocus et d’épreuves, le tout dans un contexte social et psychologique difficile pour de très nombreux étudiants.


Enfin, notre enquête révélait également que 32% des étudiants éprouvent des difficultés supplémentaires à payer leurs études cette année. C’est pourquoi nous demandons que la date limite du paiement du minerval soit retardée et que des fonds supplémentaires soient alloués à l’aide directe aux étudiants.


La FEF réclame que les examens se déroulent à la période initialement prévue et qu’ils ne perturbent pas encore davantage le déroulement du deuxième quadrimestre. De plus, il est essentiel que les étudiants puissent recevoir leurs modalités d’examens dans les plus brefs délais. Et enfin que la date limite de paiement du minerval, prévue début janvier, soit repoussée, eu égard aux difficultés économiques rencontrées

Le 26 Novembre 2020

Print Friendly, PDF & Email