ACTION : Il est temps que la ministre de l’Enseignement supérieur entende les étudiants

Communiqué du 21 avril 2021

Face à l’inaction de la ministre contre la précarité étudiante, les étudiants se mobilisent, encore une fois ce mercredi à la Gare Centrale. Alors que les étudiants éprouvent de plus en plus de difficultés à payer leurs études et que les 6 millions débloqués ont déjà été utilisés, il est temps que notre ministre prenne enfin ses responsabilités et réduisent le coût des études.

Depuis deux ans, la Fédération des étudiants francophones réclame que le gouvernement prenne des mesures ambitieuses pour lutter contre la précarité étudiante. En deux ans, la Fédération a rendu 15.000 pétitions au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, s’est mobilisé une dizaine de fois et a interpellé la ministre de l’Enseignement supérieur des dizaines de fois. Malgré cela, la ministre fait la sourde oreille et n’entend pas que 90% des étudiants considèrent qu’un plan de lutte contre la précarité doit être élaboré par nos autorités politiques.

Tout au long de la crise sanitaire, Valérie Glatigny a débloqué 6,9 millions d’euros afin d’aider les étudiants en situation de précarité. Ces mesures ponctuelles aident les étudiants pendant quelques mois mais ne permettent pas de lutter efficacement et durablement contre une précarité étudiante pré-existante au Covid-19. L’inaction de la ministre est d’autant plus problématique qu’il existe des points dans l’accord du gouvernement sur l’élargissement du gel du minerval, les supports de cours, les bourses ou encore les aides au logement.

Ce mercredi 21 avril, la Fédération des étudiants francophones se mobilise pour la 6e fois à la gare centrale. Lors de cette action, plusieurs intervenants du monde associatif et syndical prendront la parole et les étudiants auront l’occasion d’adresser une carte postale aux ministres de la Fédération Wallonie-Bruxelles ainsi qu’aux parlementaires.

La mobilisation de ce mercredi sera loin d’être la dernière action de la Fédération des étudiants francophones si notre ministre ne prend pas des mesures et ses responsabilités. Les étudiants continueront à se battre pour un enseignement public, accessible et de qualité.

Rassemblement : Carrefour de l’Europe – Gare Centrale de Bruxelles

Print Friendly, PDF & Email